1. Médias
  2. Dyke doléritique - Brenterc’h

Dyke doléritique - Brenterc’h

Publié par zarmel

le 07/01/2013

760 vues

5 commentaires

2 notes sont associées à l'image. Survolez l'image pour afficher les notes.

Échelle du sujet : 10 m

Description

Ce dyke est situé sur l’estran, au nord de l’anse de Brenterc’h, sur la commune de Ploumoguer (29). Notez qu’il existe un autre dyke au sud de cette même anse.

Le filon affleure en continu sur l’estran. Il est vertical, mesure un peu plus de 30 m de large (de puissance) et est grossièrement orienté N.-O. - S.-E.. Les épontes (les bords) du filon sont visibles à gauche et à droite de la photo. On remarque aussi de très nombreuses fractures verticales, parallèles aux épontes.

Ce filon a été étudié à plusieurs reprises. Les premières analyses réalisées dans les années 80 ont permis de dater l’intrusion à la limite Trias-Lias et de définir l’affinité tholéiitique de la roche. Une équipe de chercheurs de l’université de Brest publie en 1995 un article dans la revue canadienne des Sciences de la Terre, et apporte de nouvelles précisions sur l’âge et le processus de mise en place du filon nord de Brenterc’h.

Les analyses de datation confirment l’âge de la roche entre 170 et 185 Ma. Et concernant sa genèse, les protagonistes proposent un modèle de mise en place par injections multiples. Le filon ne se serait donc pas créé en une fois (un remplissage) comme la plupart des filons mais en cinq fois. Ces remplissages successifs sont trahis par l’analyse de la distribution des fractures et des phénocristaux de pyroxènes le long d’une coupe transversale au filon.

Ce dyke n’est pas un cas isolé. D’autres dykes contemporains affleurent en Finistère.

Ces dykes se sont mis en place lors de l’ouverture de l’océan Atlantique !

Tags de l’auteur

23/23
20/23
6/23
5/23

Vos commentaires

  • Le 6 août 2014 à 10:06, par MOUSSET georges

    Bonjour,
    J’ai découvert récemment le filon sud de brenterc’h, j’ai remarqué plusieures perforations circulaires réalisées avec une mèche dans les blocs de dolérite, pouvez vous me dire qui est à l’origine de ces prélèvements et dans quel but ?
    Par ailleurs, nous avons relevé dans la faille de la falaise dans laquelle s’écoule un minuscule filet d’eau la présence de hornblendite sous forme de modestes blocs de forme plus ou moins rondes.
    le site du filon sud me fait penser à une carrière d’exploitation de la roche, auriez-vous des infos à ce sujet ?
    merci pour vos réponses
    Bien cordialement
    Georges Mousset
    SAHPL Socièté d’Histoire et d’Archéologie du Pays de Lorient

  • Le 9 juin 2015 à 17:29, par zarmel

    Bonjour Georges. Je viens de voir votre message sur le forum. Les trous cylindriques correspondent à des trous de carottage. Les géologues réalisent ensuite différentes analyses sur les échantillons : analyses chimiques, minéralogiques, magnétiques... Concernant la carrière, rapprochez-vous de Monsieur Louis Chauris, ancien chercheur de l’UBO. Il publie beaucoup d’articles sur les usages des roches bretonnes. Peut-être a-t-il publié quelque chose sur l’usage de la dolérite de Brenterc’h. Cordialement. Zarmel

  • Le 10 juin 2015 à 17:09, par Mousset georges

    Bonjour,
    merci pour votre réponse.
    J’avais contacté il y a peu Martial Caroff de l’UBS à propos du site de Brenterc’h, selon lui, les perforations ont été réalisées par IFREMER pour en connaitre la nature exacte, cesite n’a jamais été exploité à sa connaissance.
    je connais de nom louis CHauris pour avoir lu plusieurs de ses articles, effectivement, c’est un fin connaisseur en matière de pierre en Bretagne, je pourrais l’interroger prochainement.
    Bien cordialement
    GM

  • Le 8 mars à 00:36, par ?

    Bonjour, je suis très heureux de trouver quelqu’un que le lieu ne laisse pas indifférent. C’est une ancienne carrière destinée à la réalisation de monuments funéraires dont on retrouve encore les pierres dans les cimetières de la région. A ma connaissance l’exploitation remonte à l’entre guerres. Très exposée à la houle, les résidus de carrière ont beaucoup diminués en une cinquantaine d’année, les gros blocs anguleux ont disparus. Les témoins de cette époque ont disparu et je ne sais vous conseiller des personnes capables de fournir un témoignage. Pour la petite histoire, les bâtiments surplombant la grève, que l’on appelle "bergerie" sont en fait à l’origine ceux de la carrière.
    Cordialement

  • Le 8 mars à 13:50, par zarmel

    Merci pour l’information !

Commenter

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.