Corse - Marignana - Cuivre

Publié par Ange Nilana

le 27/04/2024

8 vues

0 commentaire

Échelle du sujet : non renseignée

Description

Revinda-Marignana

Depuis le golfe de Chiuni, au Nord de Cargèse, jusqu’à l’Est de Marignana, sont regroupés tout un ensemble d’indices de sulfures qui se disposent dans une bande de terrain, orientée WSW-ENE, de 20 km de long sur 1 à 2 km de large. Elle est localisée sur un train d’accidents qui affectent la zone de contact entre les intrusions U1 et U2. Ce contact est fréquemment souligné par des concentrations d’amphibole et des plaquages de pyrite. Le secteur de Prunelli est le plus important de ce district. Les gîtes de Prunelli (lieu-dit Livida Male) se trouvent en rive droite du torrent de Sulleoni, sur la commune de Marignana.

Les archives de l’exploitation minière indiquent que la teneur moyenne de l’amas principal était de : Cu 7 %, Zn 10 % avec 200 g d’Ag à la tonne de tout venant. Les travaux ont été concédés en 1903 sur 285 ha non renoncés, ils ont porté sur cinq amas (attaques à ciel ouvert, galeries, descenderies, travers-bancs), la production totale a été de de 600 t de Cu.

À Prunelli, plusieurs amas sont encaissés dans les granites U1 magnésio-potassiques porphyroïdes, cinq amas ont fait l’objet de recherches. Le granite environnant les amas minéralisés est rubéfié, parcouru de filonnets de quartz E-W. L’amas principal (amas Thérèse) s’allonge selon une direction E-W observable sur 15 m environ, sa puissance atteint 1,5 m ; il semble limité dans les deux sens par deux plans de fracture méridiens. Cet amas a été reconnu sur une profondeur de 30 m environ. Une fracturation N 130 à N 150 tardive affecte l’ensemble du corps minéralisé et de son encaissant.

Dans la partie supérieure du gisement, en allant du granite encaissant vers le cœur de l’amas, on rencontre successivement  : quelques mètres de granite très rubéfié à nombreuses mouches de chlorite, puis une roche vert foncé où les anciens macrocristaux de feldspath, ainsi que de la hornblende, demeurent encore identifiables, mais toutefois verdis, et enfin des roches siliceuses et sombres au cœur. Dans la galerie, ouverte 15 m sous les travaux principaux, affleure une leucodiorite quartzique à amphibole-biotite, équigranulaire, claire et à grain moyen. Au contact de l’amas, la leucodiorite est altérée : les plagioclases sont albitisés et séricitisés, titanite et épidote accompagnant les assemblages néoformés de biotite et de hornblende, le spinelle est rare.